Qu’est-ce que les obligations en bourse ?

9

Définition : qu’est-ce qu’une obligation ?

Une obligation est un instrument de créance . En d’autres termes, il s’agit d’une dette contractée par un État, un organisme public ou une entreprise.

Lorsque vous souscrivez une obligation, vous prêtez de l’argent à un État ou à une entreprise qui s’engage, en retour, à vous rembourser à une date convenue à l’avance, ainsi qu’à vous verser des intérêts réguliers. Comme une action, une obligation peut être considérée comme un investissement financier. Il s’agit également d’un investissement moins risqué que les actions.

A lire en complément : Comment gagner à la baisse ?

Les obligations permettent aux institutions publiques ou privées de financer leur développement à moyen et long terme. C’est l’une des méthodes de financement les plus populaires : le marché obligataire est évalué à 130 000 milliards de dollars !

Les obligations sont l’un des éléments d’un portefeuille boursier prospère, mais ce n’est pas le seul. Nous vous en expliquons plus dans notre guide sur l’investissement en bourse.

A lire aussi : Quelle application pour acheter des actions ?

Comment fonctionnent les obligations

Une obligation est un titre financier qui présente les trois principales caractéristiques suivantes :

  • La valeur nominale : il s’agit du montant emprunté par la garantie. Si une émission obligataire d’un million d’euros est divisée en 100 titres, la valeur nominale de chaque obligation sera de 10 000€.
  • Le coupon : il s’agit du montant payé par l’émetteur de l’obligation à son propriétaire. Si vous achetez une obligation d’un montant nominal de 10 000€ avec un taux d’intérêt de 5 %, vous recevrez un coupon annuel de 500€. Le terme « coupon » remonte à une époque où il fallait découper un coupon de l’obligation en échange d’un paiement.
  • La date d’échéance : il s’agit de la date à laquelle le montant nominal doit être remboursé par l’émetteur de l’obligation.

Notez que certaines obligations capitalisent des coupons. Dans ce cas, la totalité des intérêts et le montant nominal sont remboursés à l’échéance.

Marchés primaire et secondaire

Lorsqu’une entreprise ou un organisme public réunit des investisseurs pour financer une émission obligataire, on parle de marché primaire . Les investisseurs institutionnels font confiance au marché primaire. Parmi eux, des banques, certains fonds de pension ou même des compagnies d’assurance.

Toutefois, il n’est pas obligatoire de conserver un cautionnement jusqu’à sa fin. Il peut être vendu à un autre investisseur : il s’agit du marché secondaire. La plupart des obligations sont négociées de gré à gré, entre investisseurs. Mais certains sont également cotés en bourse, ils sont donc négociés en continu, comme des actions.

Le prix des obligations

Lorsqu’une obligation est négociée sur le marché secondaire, elle est négociée à un prix qui peut être loin de son prix nominal . Nous discutons un peu plus en détail des facteurs qui influencent le prix des obligations.

À ce stade, notez que le prix d’un l’obligation a un impact immédiat sur son rendement . Une obligation de 10 000€ nominaux, avec un taux d’intérêt de 5 %, a un rendement initial de 5 %. Mais, s’il s’apprécie, et que vous l’achetez à 11 000€ sur le marché secondaire, son rendement chute à 4,5 %. De plus, s’il continue à s’apprécier, vous pouvez également le vendre plus cher et en faire une plus-value.

Comment investir dans des obligations ?

Live

En tant qu’investisseur privé, vous pouvez acheter des obligations individuelles lorsqu’elles sont cotées en bourse. Pour ce faire, il suffit de passer par un bon courtier en ligne. Cela dit, c’est très restrictif. Le montant minimum par transaction est généralement de 100 000€ (parfois 10 000€ et rarement 1 000€). De plus, les titres obligataires vivants, cotés en bourse, ne sont pas très variés. Pour ces raisons, nous vous recommandons de basculer entre les fonds obligataires et plus particulièrement les ETF.

Avec les ETF obligataires

Les ETF, également appelés trackers, sont des fonds d’investissement à faible coût. Ils vous permettent de diversifier votre portefeuille boursier à un coût presque imperceptible  : comptez moins de 0,5 % par an pour la plupart et environ 0,1 % par an pour les moins chers.

Les ETF sont classés et sous-catégorisés par classes d’actifs. Vous pouvez donc trouver des ETF d’obligations d’État européennes à très faible risque, tout comme les ETF d’obligations d’entreprises à haut rendement et plus volatils. Il reste à faire votre sélection. Nous vous en dirons plus dans notre article consacré aux ETF obligataires.

Vous pouvez acheter des ETF obligataires à partir d’un compte de titres et de certaines assurances vie (le choix sera alors plus restreint). Pour vous aider, nous avons comparé les meilleurs courtiers :

  • Les meilleurs courtiers en actions (pour investir dans un compte titres).
  • Les meilleures assurances vie qui proposent des ETF (mais pas seulement).

Le différents types d’obligations

Nous distinguons généralement deux catégories d’obligations :

  • Obligations d’État : bons du Trésor (obligations à court terme) et OAT (obligations à long terme).
  • Les obligations d’entreprises, qui peuvent être classées en deux sous-groupes, en fonction de la solidité des entreprises : les obligations Investment Grade sont les plus sûres, tandis que les obligations à haut rendement sont les plus volatiles et les plus rentables. Dans un ETF, cependant, leur taux de défaut reste très bas.

obligations d’État des pays occidentaux sont considérées sans risque. Par conséquent, leur rendement est très faible, voire négatif. Dans l’environnement de taux bas que nous connaissons actuellement, il sera plus intéressant de vous orienter vers les obligations d’État et d’entreprises émergentes. Les

Les agences de notation publient également, une notation pour la plupart des pays et des grandes entreprises, ce qui permet une catégorisation plus fine, en fonction du risque associé à chaque sécurité.

Avantages et inconvénients des obligations

À notre avis, il y a plusieurs avantages à inclure des obligations dans un portefeuille boursier.

La première (et la plus importante) consiste à réduire la volatilité de votre portefeuille. En fait, les obligations sont beaucoup moins volatiles que les actions. Cela est bien compris en ce sens que le revenu d’une obligation (le coupon) est connu à l’avance, alors que le revenu d’une action (le dividende) est incertain.

Le deuxième avantage des obligations est la diversification. Il arrive souvent que lorsque le cours des actions baisse, les obligations s’apprécient. Pour que, dans l’ensemble, votre portefeuille passe à travers les accidents de meilleurs camarades.

Malheureusement, les obligations ne sont pas sans inconvénients. L’essentiel est de rechercher du côté des performances. Il est plus faible que celui des actions. Le tableau ci-dessous vous donne un aperçu récapitulatif des avantages et des inconvénients.

Avantages

  • Faible volatilité
  • Performances prévisibles et performances prévisibles
  • Décorrélation et diversification
  • Safe Haven (pour les obligations les mieux notées)

Contre

  • Faible performance des obligations d’État (0 à 2 %) ;
  • Performance modérée des obligations d’entreprises et des obligations d’État émergentes (2 % à 5 %)
  • Risque de taux : baisse des prix lorsque les taux augmentent

Pourquoi ? Les obligations d’État sont utiles pour sécuriser et diversifier votre portefeuille, nous les recommandons surtout si vous avez un horizon à court et moyen terme.

Comment ? Via des ETF obligataires, dans un compte titres (comparatif) ou une assurance vie (comparative).

Comment évoluent les prix des obligations ?

Plusieurs facteurs peuvent influencer le prix des actifs à revenu fixe.

Taux d’intérêt et politique

monétaire Plus le taux d’intérêt d’une obligation est élevé, plus sa valeur est élevée (toutes choses étant égales). Par conséquent, si le taux d’intérêt des nouvelles obligations est à la hausse, le prix des anciennes obligations baissera. Les investisseurs préféreront acheter des obligations à un taux élevé et en abandonner les autres.

La politique monétaire des banques centrales a donc une influence majeure sur la performance des actifs obligataires. C’est leur taux d’intérêt qui sert de référence pour l’ensemble du marché.

Risque de crédit

Lorsque la solidité financière d’une entreprise se détériore, il en va de même pour le prix des obligations qu’elle a émises. En effet, la santé de l’entreprise permet d’estimer la probabilité qu’elle échoue. Il est également valable pour les États.

Pour éviter des pertes qui deviendraient trop importantes en cas de faillite, les gestionnaires d’actifs peuvent également protéger leur portefeuille avec des CDS (Credit Default Swap), qui agissent comme assurance et couvrent ce risque.

La date d’échéance

Toutes choses étant égales, plus l’échéance d’une obligation est proche, plus elle gagne en valeur. C’est normal puisque le risque de crédit s’estompe progressivement : il est peu probable qu’une entreprise saine connaîtra des difficultés à court terme, mais dans 5 ou 10 ans, c’est plus incertain.