Quel sont mes droits en invalidité catégorie 2 ?

282

Conditions d’affectation :

Un assuré social qui est incapable de travailler à la suite d’un accident ou d’une maladie invalidante d’origine non professionnelle peut recevoir une pension d’invalidité s’il remplit les conditions suivantes :

A lire en complément : Quel est le montant d'une petite retraite ?

  • N’ayant pas atteint l’âge légal de départ à la retraite.
  • Preuve de 12 mois d’enregistrement à la sécurité sociale le premier jour du mois au cours duquel s’est produite l’interruption de travail suivie d’une invalidité ou la reconnaissance de l’état d’invalidité résultant de l’usure prématurée de l’organisation.
  • Avoir effectué 600 heures de travail rémunéré au cours des 12 mois précédant l’arrêt de travail ou la découverte d’une invalidité médicale.
  • Avoir contribué, au cours des 12 derniers mois, à un salaire au moins égal à 2030 fois le salaire minimum horaire.
  • Présentez un handicap qui réduit la capacité de travail d’au moins deux tiers.

Le taux d’invalidité est établi par le médecin de la caisse d’assurance maladie en tenant compte de la capacité de travail restante, de l’état général, de l’âge et des facultés physiques et mentales de l’assuré, ainsi que de ses aptitudes et de sa formation professionnelle.

Trois catégories

A lire en complément : Quelle retraite avec 90 trimestres ?

  • 1ère catégorie : si vous êtes en mesure d’exercer une activité professionnelle rémunérée.
  • 2ème catégorie : Si vous êtes absolument incapable d’exercer une profession quelconque.
  • 3e catégorie : Reconnu comme invalide, absolument incapable d’exercer un profession et sous l’obligation de recourir à l’assistance d’un tiers pour accomplir les actes essentiels de la vie.

Pour la 3e catégorie, vous pouvez bénéficier en plus de l’augmentation à la troisième personne (MTP)

« Le fait d’être reconnu comme invalide dans la 2e ou la 3e catégorie n’entraîne pas automatiquement une inapte au travail. Il appartient au médecin du travail de s’en assurer, conformément à la procédure prévue en matière d’incapacité. Toutefois, il peut vous déclarer apte au travail, sous réserve des conditions qu’il fixe dans son avis d’incapacité, même en cas de classement dans la 2e ou 3e catégorie. » vu sur le site service public.fr

Montant de la pension :

Il est calculé sur la base du salaire annuel moyen correspondant aux cotisations versées pendant les 10 années civiles les plus avantageuses pour l’assuré.

Si l’assuré n’a pas dix ans d’assurance, le salaire annuel moyen pris en compte est celui correspondant aux cotisations versées pendant les années d’assurance achevées depuis l’enregistrement de l’assuré.

Les salaires sont maintenus dans les limites du plafond de calcul des cotisations de sécurité sociale et sont réévalués dans la même mesure que les salaires utilisés pour calculer les pensions de vieillesse.

Il y a un taux qui varie en fonction de la catégorie d’invalidité attribuée par le médecin consultant :

  • 30 % pour la première catégorie.
  • 50 % pour la seconde.
  • La pension de troisième catégorie correspond à la pension de deuxième catégorie augmentée de 40 % sous le (augmentation pour la troisième personne « MTP » = 13 517€ par an, soit 1 126,41€ par mois pour 2021).

Les personnes qui ont très peu travaillé peuvent la voir complétée par l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI)

Note : » La pension est calculée sur la base d’un salaire annuel moyen, obtenu à partir de vos 10 meilleures années de salaire (salaires soumis à cotisation dans la limite du plafond annuel de la sécurité sociale, soit 3 428€ par mois) au début de 2021, soit 41 136€ par an ). »

Ex : Si le salaire moyen des 10 meilleures années est de 1 500 €/mois ou 18 000 €/an

  • Handicap 1ère catégorie : 450 €/mois
  • Handicap 2ème catégorie : 750 €/mois
  • Handicap 3e catégorie : 750€ 1 126,41€ (MTP) = 1 876,41€ /mois

Artisans et marchands

Si vous êtes en mesure d’exercer votre activité professionnelle rémunérée, vous bénéficiez d’une pension pour invalidité partielle dans le métier (PIPM ).

Si vous ne pouvez plus travailler, vous recevez une pension pour invalidité totale et définitive (IATP ).

Demande :

Si le fonds n’a pas pris l’initiative (par exemple, parce qu’il ne dispose pas des éléments nécessaires), l’assuré social peut déposer lui-même une demande de pension d’invalidité qui, pour être admissible, doit être soumis dans le délai de 12 mois mentionné à l’article R. 341-8 de la sécurité sociale.

Il l’a ensuite informé, dans les mêmes conditions, de sa décision de procéder au versement, à son profit, d’une pension d’invalidité.

Le formulaire de candidature est disponible sur le site « ameli.fr  » pour les personnes couvertes par le régime général (CPAM).

Dans toutes ses démarches, l’assuré peut être assisté par son médecin traitant, le médecin du travail ou les services de la caisse d’assurance maladie à laquelle il appartient.

Décision du fonds

Ce dernier décide du droit à une pension d’invalidité, après avis de l’examen médical, dans un délai de deux mois de sa propre notification à l’assuré, s’il a pris l’initiative de l’informer qu’il allait procéder au versement, à son profit, d’une pension d’invalidité, c’est-à-dire la demande de l’assuré.

Il peut :

  • Informer l’assuré du refus d’accorder une pension d’invalidité, en indiquant les moyens de recours contre cette décision.
  • Pour accorder la pension d’invalidité, en spécifiant la classification dans l’une des catégories d’invalidité et le montant de la pension.

La notification de l’octroi d’une pension d’invalidité précise les recours de l’assuré, en particulier s’il conteste la catégorie dans laquelle il est classé ou le montant de sa pension d’invalidité.

  • La pension prend effet à compter de la date à laquelle le l’état de handicap est évalué.
  • Si vous ne répondez pas dans le délai de 2 mois mentionné ci-dessus, la demande est rejetée. Le fonds indiquera ensuite à l’assuré les recours dont il dispose.
  • Il est toujours accordé à titre temporaire
  • .

  • Selon les circonstances (changement de l’état d’invalidité du bénéficiaire, reprise d’une activité professionnelle, etc.), il peut être révisé (diminué ou augmenté), suspendu ou supprimé.
  • Dans tous les cas, le fonds informe l’assuré de sa décision en indiquant les moyens de recours.
  • Des contrôles réguliers (contrôles médicaux, contrôles administratifs) sont effectués pour évaluer la situation du bénéficiaire de la pension. Ce dernier est obligé de se soumettre à ces contrôles, faute de quoi sa pension peut être suspendue.

Le pensionné peut demander une révision de son dossier s’il estime que son état de santé s’est détérioré.

En principe, le versement de la pension prend fin lorsque le pensionné atteint l’âge auquel il peut prendre sa retraite.

  • Lorsque vous atteignez l’âge légal de départ à la retraite (62 ans), il est transformé en pension de retraite à taux plein en cas d’incapacité.
  • Toutefois, lorsque l’assuré exerce une activité professionnelle, la pension de vieillesse accordée en raison de l’incapacité de travail n’est accordée que si l’assuré en fait expressément la demande. Dans ce cas, l’assuré continue de recevoir sa pension d’invalidité jusqu’à la date à laquelle il demande sa pension de retraite.
  • Si vous cessez de travailler, vous pouvez toucher votre rente de retraite à tout moment (entre 60 et 65 ans).

Prise en charge :

100% pour la maladie et la maternité, sur la base et dans les limites des tarifs fixés par la Sécurité sociale pour :

  • Les soins
  • Medical

  • Reviews
  • Médicaments

Exceptions :

  • Les médicaments dont le service médical est modéré ou faible sont remboursés à 15 %.
  • Médicaments homéopathiques
  • Certaines préparations magistrales remboursées à 30%

Ne sont pas pris en charge :

  • Dépassement des frais Le coût supplémentaire
  • des prothèses et des appareils optiques ou dentaires
  • Le tarif journalier en cas d’hospitalisation

Accumulation avec le revenu d’activité :

La perception d’une pension d’invalidité et la poursuite d’une activité professionnelle ne sont pas incompatibles. Le titulaire doit déclarer les revenus perçus en retournant à sa Caisse l’état des ressources qui lui a été envoyé.

Pour information : Lors de l’octroi de votre pension d’invalidité, un salaire de comparaison est calculé (salaire trimestriel moyen de la dernière année civile précédant l’arrêt de travail suivi de l’invalidité).

Remarque : Si pendant deux trimestres consécutifs, le total trimestriel de vos ressources : (salaire brut pension d’invalidité) dépasse votre salaire de comparaison, votre pension d’invalidité peut être suspendue.

  • Combiné avec l’ARE (allocation de retour au travail), il est nécessaire de percevoir une pension d’invalidité de 2e ou 3e catégorie.
  • Accumulation avec une pension d’invalidité militaire, agricole, payée par un régime spécial ou une rente liée à un accident du travail.

Le cumul est possible en cas d’accident ou de maladie, si vous n’êtes pas susceptible d’être indemnisé :

  • Par le fonds qui vous verse la pension militaire, la ferme ou la pension AT.
  • Par un régime spécial.
  • Et il en résulte une incapacité totale au moins égale aux 2/3.

« La somme des deux pensions ne doit pas dépasser le salaire perçu par un travailleur valide de la même catégorie professionnelle. »

Le cumul n’a pas de limite de montant :

Avec une rente payé :

  • Par une compagnie d’assurance privée suite à un accident,
  • à la

  • suite d’un contrat de retraite (avec l’employeur ou une compagnie d’assurance).

Avec une pension :

  • Payé par des régimes complémentaires,
  • Reversion payée par des régimes complétant le régime général.

Cumul du MTP avec le PCH et l’ACTP :

  • Le PMT est déduit du montant PCH alloué.
  • Il n’est pas cumulable avec l’ACTP

Pour plus d’informations, voir : www.ameli.fr

style= »font-size:18px »>Avec une rente payée :

  • Par un privé compagnie d’assurance suite à un accident,
  • à la

  • suite d’un contrat de retraite (avec l’employeur ou une compagnie d’assurance).

Avec une pension :

  • Payé par des régimes complémentaires,
  • Reversion payée par des régimes complétant le régime général.

Cumul du MTP avec le PCH et l’ACTP :

  • Le PMT est déduit du montant PCH alloué.
  • Il n’est pas cumulable avec l’ACTP

Pour plus d’informations, voir :