Quelles sont les conséquences d’un dossier de surendettement ?

2

Invité de la journée : Maître James Turner, avocat au Barreau de Toulon/Barreau de Toulon, aborde le thème : La procédure de surendettement

De nombreuses questions vous attendent ! Maître Turner vous répond. Qu’est-ce que le surendettement ?

Le surendettement est une procédure ouverte au bénéfice des personnes physiques de bonne foi qui se trouvent dans une situation de surendettement, caractérisée par l’impossibilité évidente de faire face à toutes ses dettes non professionnelles dues et dues.

La procédure de surendettement vise à rééchelonner les dettes du débiteur, dans la mesure du possible, et à défaut, lorsque le débiteur se trouve dans une situation irrémédiablement compromise, à l’ouverture d’un recouvrement personnel, avec ou sans liquidation judiciaire en fonction de la cohérence des actifs du débiteur.

A découvrir également : Quand une dette s'efface ?

Personal Recovery Will En fin de compte, ce qui conduit à l’extinction des dettes du débiteur surendetté.

Lire également : Qui peut emprunter sans apport ?

Est-ce que c’est pour particuliers et professionnels ?

Par hypothèse, le surendettement n’est destiné qu’aux personnes physiques, non professionnelles et, par conséquent, aux particuliers.

En revanche, un entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL), pour ses actifs non affectés à son activité professionnelle, peut bénéficier d’une procédure de surendettement.

Les personnes physiques ne peuvent pas toutes bénéficier d’une procédure de surendettement.

En effet, les personnes physiques, les commerçants, les artisans, les professionnels libéraux, les agriculteurs, tant qu’ils peuvent bénéficier d’une sauvegarde, d’une réorganisation judiciaire ou d’une liquidation judiciaire, ne peuvent pas bénéficier d’une procédure de surendettement.

Quand faut-il franchir le pas ?

Le mot clé, comme dans les procédures collectives, est l’anticipation.

Dès que l’échéance d’un prêt hypothécaire ou d’un crédit à la consommation, ou une durée de loyer, est en situation de non-paiement, il est préférable de saisir la commission de surendettement.

Comment ça se passe ? travail et à qui s’adresser ?

Pour demander le bénéfice d’une procédure de surendettement, vous devez contacter la Commission sur le surendettement des personnes de votre département, qui sont situées dans les locaux de la Banque de France.

Une fois cette organisation contractée, un dossier est remis au débiteur, qu’il doit remplir de la manière la plus sincère et la plus exhaustive possible.

Ce dossier doit être accompagné des pièces justificatives appropriées.

L’ objectif de ce dossier est de déterminer la situation d’endettement du débiteur, en précisant ses ressources et ces charges, mais aussi de préciser la situation personnelle du débiteur et les raisons qui l’ont amené à demander l’aide de la Commission de surendettement.

Une fois le dossier complété déposé auprès de la Commission de surendettement, celle-ci décidera de la recevabilité de la demande, ainsi que de l’orientation du dossier, à savoir :

  • Soit un réarrangement du débiteur dettes
  • Soit vers le recouvrement personnel, avec ou sans liquidation

La Commission de surendettement dispose d’un délai de trois mois pour décider de la recevabilité de la créance du débiteur.

Protège-t-il notre patrimoine ?

Compte tenu des conséquences de la décision d’admissibilité à la procédure de surendettement prise par la Commission de surendettement, à savoir une suspension et/ou une interdiction d’exécution, le surendettement a pour effet de protéger au moins temporairement les actifs du débiteur.

En particulier, la décision de recevabilité a pour effet d’empêcher ou de mettre fin à toute procédure d’exécution à laquelle elle pourrait être soumise.

Par principe, il y aura alors l’établissement d’un plan de redressement, élaboré à l’amiable en concertation avec les créanciers, et à défaut par des mesures imposées par la Commission de surendettement.

Le principal objectif du surendettement est pour obtenir un redressement des dettes, et la mise en place d’un plan de libération, qui doit être respecté dès son expiration, de sorte que les créanciers seraient parfaitement aptes à reprendre leurs procédures.

La protection dure aussi longtemps que le plan de surendettement est exécuté correctement.

Dans le cadre d’une procédure de recouvrement personnel avec liquidation judiciaire, qui vise à réaliser tous les biens mobiliers et immobiliers du débiteur, les actifs seront protégés des créanciers.

En revanche, le débiteur n’échappera pas à la réalisation de ses biens, meubles et immeubles, qui seront vendus, non pas par ses créanciers, mais par son liquidateur, à l’amiable et à défaut de manière forcée.

Dans le cadre d’un recouvrement personnel sans liquidation judiciaire, il n’y aura en pratique aucun actif à protéger.

Une fois que le recouvrement personnel a été prononcé, et le cas échéant, la totalité des actifs a été réalisée, le débiteur les dettes seront éteintes.

Les conséquences de l’ouverture d’une procédure de surendettement ?

L’ouverture d’une procédure de surendettement a pour effet :

  • Interdire ou interrompre les actions d’exécution contre le débiteur, y compris les procédures de saisie foncière, sous certaines
  • conditions Interdire le paiement par le débiteur de créances antérieures (à l’exception des créances alimentaires et des créances locatives qui ont déjà fait l’objet d’un moratoire convenu par le juge), d’accomplir tout acte susceptible d’aggraver sa situation
  • Interrompre les procédures d’expulsion et rétablir l’aide au logement personnalisée
  • Rendre plus difficile la résiliation des contrats d’assurance
  • Arrêt du prix des intérêts sur les créances énumérées dans l’état de la dette établi par la Commission de surendettement

En revanche, l’ouverture d’une procédure de surendettement implique l’inscription du débiteur dans le FICP.

Quelles sont les solutions avant d’arriver au surendettement ?

Avant d’arriver au surendettement, plusieurs solutions sont possibles.

À l’ amiable, il est parfaitement possible pour le débiteur d’entamer des négociations avec ses créanciers, afin d’obtenir des délais de paiement ou même une remise de dettes.

Cette solution est soumise à la bonne volonté du créancier et, par hypothèse, au hasard.

En matière de crédit à la consommation ou de crédit immobilier, il reste possible de renvoyer une demande de suspension de crédits au juge du contentieux de la protection.

Les demandes sont-elles systématiquement acceptées ?

Le renvoi à la Commission de surendettement n’implique pas une acceptation automatique de la demande.

Tant que la procédure de surendettement porte atteinte aux droits de propriété des donateurs et des créanciers, certaines conditions doivent être remplies.

Premièrement, la procédure de surendettement n’est ouverte qu’aux les personnes, pour des dettes non professionnelles, et qui ne peuvent bénéficier d’une sauvegarde, d’une réorganisation judiciaire ou d’une procédure de liquidation prévues au livre 6 du Code de commerce.

Deuxièmement, il est impératif que le débiteur soit de bonne foi.

En effet, cette procédure ne peut être ouverte qu’à une personne victime d’un « accident de la vie », tel qu’une perte d’emploi, une séparation, une maladie, un accident…

En revanche, il ne s’agit pas d’un blanc donné au débiteur qui a sciemment multiplié les crédits afin de s’offrir un style de vie inadapté à sa situation financière.

La demande d’un débiteur qui a sciemment multiplié les dettes locatives et loué un logement dont le coût ne convenait pas à ses facultés contributives ne serait pas non plus recevable.

Rien n’est plus normal, il s’agit d’aider des débiteurs malheureux, mais pas ceux qui se sont volontairement placés dans une situation de surendettement, qui tentent alors d’échapper à leurs créanciers.

Dans l’ ensemble, cependant, la Commission sur le surendettement des individus du Var fait preuve de bienveillance, précisée que la bonne foi est présumée.

Combien de temps dure une procédure de surendettement ?

Deux hypothèses sont à prendre en compte :

— Le plan de redressement conventionnel ou les mesures imposées

— Recouvrement personnel, avec ou sans liquidation

Dans le premier cas, par principe, la durée du plan ou des mesures imposées ne peut excéder 7 ans.

Toutefois, il est possible, pour permettre au débiteur de conserver sa résidence principale, de dépasser ce délai, de permettre le remboursement des prêts contractés pour l’acquérir, ou lorsqu’ils permettent au débiteur de rembourser la totalité de ses dettes, tout en évitant la vente de sa résidence principale.

En ce qui concerne le rétablissement personnel, deux hypothèses doivent être prises en compte :

  • Recouvrement personnel avec liquidation
  • Récupération personnelle Sans liquidation

En cas de recouvrement personnel avec liquidation, la durée de la procédure dépend du temps nécessaire à la réalisation des actifs du débiteur, qui est par hypothèse variable en fonction de la cohérence des actifs, de la volonté du débiteur de réaliser ces actifs…

La récupération personnelle sans liquidation est beaucoup plus rapide.

Une fois que la situation irrémédiablement compromise du débiteur a été établie, la Commission de surendettement peut imposer un recouvrement personnel sans liquidation judiciaire.

Avez-vous des statistiques locales ?

La Banque de France rédige un rapport d’activité annuel, qui peut être consulté sur Internet.

Étonnamment, pour l’année 2020, nous avons pu constater une baisse des dépôts de fichiers.

Cependant, il convient de préciser que la situation sanitaire liée au COVID 19 ne lui est certainement pas étrangère.

En effet, les dossiers doivent être déposés dans un dossier dématérialisé , alors qu’aucune autre nomination n’est accordée au débiteur.

Les débiteurs en situation de surendettement sont très souvent dans une situation de détresse psychologique et, compte tenu de ces nouvelles méthodes pratiques de renvoi, ils ne trouvent plus l’oreille attentive dont ils pourraient bénéficier par le passé.

Cependant, on ne peut exclure que l’aide reçue par les entreprises à la suite de la crise sanitaire ait certainement permis de maintenir de nombreux emplois.

En outre, les institutions bancaires ont généralement fait preuve de gentillesse envers leurs débiteurs pendant la crise sanitaire, comme le reste des agences sociales et fiscales, réduisant les procédures collectives et les licenciements connexes.

Toutefois, la Commission de surendettement du Var constate une augmentation des « redépôts » de dossiers de surendettement.

Quelle est la situation des créanciers dans le cadre de la procédure de surendettement ?

Qui dit que le débiteur est surendetté signifie nécessairement créancier.

sont des créanciers totalement désavantagés face à leur débiteur qui réussit à saisir la commission de surendettement ?

Une réponse négative est requise.

Les créanciers, à tout moment au cours de la procédure, sont informés de l’évolution de la procédure et peuvent interjeter appel des décisions rendues par la Commission de surendettement, mais aussi des décisions du juge des litiges de protection lui-même statuant sur des recours formés contre des décisions du surendettement, commission de l’endettement.

Pour le créancier, deux décisions importantes doivent être examinées attentivement, à savoir la décision de recevabilité, ainsi que la décision sur l’orientation de l’affaire.

En fait, il est courant qu’un débiteur renvoie un surendettement à la Commission au cours d’une procédure d’exécution pour y mettre fin.

Le créancier aura tout intérêt, si son débiteur est de mauvaise foi, à contester la décision d’admissibilité.

Cela peut être le cas en particulier d’un bailleur confronté avec un débiteur qui, de façon malveillante, aura multiplié illégitimement le loyer impayé et tentera de faire échec à une procédure d’expulsion.

En ce qui concerne l’orientation du dossier, là encore, le créancier a tout intérêt à être attentif.

Il n’est pas exclu que le dossier du débiteur puisse être orienté vers une procédure de recouvrement personnelle sans liquidation.

Dans cette hypothèse, le créancier, qui aura connaissance d’un actif immobilier malicieusement caché par le débiteur à la Commission de surendettement, et dont la réalisation risquerait de le désintéresser.

Émission en partenariat avec le Barreau de Toulon.

En mars 2021, info83 a rencontré Christian Fankhauser, directeur de la Banque de France Var et Surendettement : des solutions existent avec la Banque de France. Fabrice Phlippoteau, responsable du service personnel. Retrouvez leurs explications ici

🔸 Info83, toutes les infos du Var

➡️ Info83 sur Facebook

➡️ Info83 Youtube

Toulon le 19 avril 2021