Comment utiliser son argent pour éviter d’être imposable

801
argent

Économiser et ne pas payer d’impôt est un objectif commun pour certains. En effet, personne ne veut voir son argent partir dans les poches des autorités fiscales. Heureusement, il existe des moyens légaux et éthiques pour éviter d’être imposable. Comment utiliser son argent pour profiter au mieux des avantages fiscaux et réduire son impôt ? Réponses ici !

Déduire ses dépenses et ses charges

La première chose à faire pour réduire son impôt est de déduire ses charges et dépenses. Elles varient selon le contribuable et son emploi. Les dépenses déductibles peuvent inclure des frais médicaux, des frais d’éducation, des intérêts sur un prêt pour une maison, des frais de garde et ceux de transport.

Lire également : Les erreurs de nombre de pièces dans l'assurance habitation : comment les réparer ?

Certaines dépenses peuvent être déduites directement des revenus imposables, tandis que d’autres peuvent être déduites des impôts dus au moment de la déclaration. Par ailleurs, certaines charges sont déductibles de vos revenus imposables. Celles-ci comprennent des frais d’affaires, des dépenses liées à l’investissement, des honoraires professionnels, des frais bancaires et des frais d’assurance.

Il est important de noter que certaines charges ne sont pas déductibles des impôts et doivent être payées en espèces ou par chèque. Vous devez comprendre quelles charges peuvent être déduites afin de réduire votre impôt.

A lire également : Chômage technique : comprendre conditions et indemnisation efficacement

Épargner pour des comptes à impôt différé

Un autre moyen de réduire son impôt est d’épargner pour des comptes à impôt différé. Ils permettent aux contribuables de déduire leurs dépenses et charges des impôts dus au moment de la déclaration de l’impôt. Les comptes à impôt différé sont généralement des comptes d’épargne, de retraite ou d’épargne-études.

Par exemple, les comptes IRA et 401 (k) sont des comptes d’épargne à impôt différé. Les contributions faites à ceux-ci ne sont pas imposées immédiatement, mais sont déduites des impôts dus au moment de leur déclaration. Donc, si vous faites des contributions à un compte à impôt différé, vous réduisez votre revenu imposable et payez moins d’impôt.

En outre, les comptes d’épargne-études, tels que le compte 529, sont des comptes dont l’imposition est différée. Les montants versés à ces comptes sont exonérés d’impôts et ne nécessitent pas de déclaration de revenus. Les gains accumulés sur le compte seront imposés lorsque les fonds seront retirés pour payer des frais d’éducation.

Les comptes 529 sont un excellent moyen de mettre de l’argent de côté pour les études des enfants tout en évitant l’impôt.

Investir dans des produits à impôt différé

argent

Investir dans des produits à impôt différé est une autre manière de diminuer ses impôts. Ce sont des produits financiers qui ne sont pas taxés à la source. Les profits accumulés sur ces produits ne sont pas imposés tant qu’ils ne sont pas retirés. Cela signifie que votre capital et vos gains peuvent s’accroître sans être taxés. Les produits à impôt différé incluent les comptes d’épargne et les comptes d’investissement à impôt différé.

Les comptes à impôt différé offrent aux investisseurs la possibilité de déduire leurs dépenses et charges des impôts dus lors de la déclaration. Ils leur permettent de profiter de la croissance de leur capital et de leurs gains sans être imposés. C’est un excellent moyen de réduire son impôt et de faire fructifier son argent.

 

Utiliser les crédits d’impôt pour diminuer son imposition

Au-delà des produits à impôt différé, il existe d’autres moyens de réduire ses impôts. Les crédits d’impôt sont un excellent moyen de diminuer son imposition. Ils permettent aux contribuables de soustraire une partie ou la totalité du montant qu’ils doivent payer au fisc.

Les crédits d’impôt peuvent être utilisés dans différents domaines : travaux de rénovation énergétique, investissements dans des entreprises innovantes, dons à des associations caritatives, frais liés à la garde d’enfants et aux services à domicile (ménage, jardinage).

Pensez à bien noter que le crédit d’impôt ne doit pas être confondu avec la déduction fiscale. Le premier permet une réduction directe du montant final des taxes dues, alors que le second défalque les dépenses concernées pour calculer l’assiette taxable.

Notez aussi que certains crédits sont remboursables même si leur montant est supérieur au montant total des taxes dues par le contribuable. Par exemple, si vous avez droit à un crédit d’impôt sur vos dépenses en matière de garde d’enfants qui s’avère plus élevé que votre dette fiscale totale pour cette année-là et que vous êtes donc déjà en situation zéro, c’est-à-dire que vous n’avez rien à payer, alors l’excédent de crédit d’impôt sera remboursé par le Trésor Public.

En utilisant les produits à impôt différé et les crédits d’impôt, il est possible de réduire considérablement son imposition tout en épargnant pour l’avenir. Pensez à bien vous renseigner sur ces dispositifs afin d’en comprendre les avantages et les limites.

Opter pour les dons à des organismes de bienfaisance pour réduire ses impôts

Une autre méthode pour réduire ses impôts consiste à effectuer des dons à des organismes de bienfaisance. Effectivement, les contribuables qui font un don peuvent bénéficier d’une déduction fiscale proportionnelle au montant donné.

Si vous donnez 100 euros à une association caritative, vous pouvez déduire ce montant de votre revenu imposable et donc réduire le montant total d’impôt que vous devrez payer. Cela signifie qu’un don peut aider non seulement l’association concernée, mais aussi votre portefeuille en matière d’imposition.

Pensez à bien noter cependant que les conditions pour être admissible aux avantages fiscaux liés aux dons varient selon le pays dans lequel vous vivez. Par exemple, en France, la loi permet une réduction d’impôt égale à 66% du montant versé dans la limite de 20% du revenu imposable.

Certains organismes ne sont pas reconnus comme étant éligibles par l’autorité compétente en matière fiscale. Pensez à bien vous renseigner sur les associations et fondations qui bénéficient des avantages fiscaux afin de choisir celles qui répondent le mieux à vos aspirations philanthropiques tout en optimisant votre fiscalité.

La réalisation de donations auprès d’associations sans but lucratif constituées sous forme associative ou fondation reconnue par l’État ouvre droit à une diminution importante des impôts. Toutefois, il appartient au contributeur potentiellement intéressé par cette démarche altruiste de se renseigner sur les modalités d’application de la loi fiscale.