Comment le droit ivoirien Protège-t-il le mineur ?

2

Le décret sur la réglementation des établissements pénitentiaires définit :

  • Définition des modalités d’exécution des peines privatives de liberté
  • Séparation des mineurs et des adultes
  • L’obligation de soutien fourni par des éducateurs spécialisés
  • L’éducation des enfants en situation de privation de liberté

Mais malgré cette législation mise en place, la justice pour mineurs en Côte d’Ivoire fonctionne encore trop souvent de manière arbitraire.

A lire en complément : Comment calculer le taux de rendement ?

Le seuil de responsabilité pénale est fixé à 10 ans (13 ans en France) et, en théorie, les mineurs âgés de 10 à 13 ans ne peuvent pas être placés dans un centre de détention. Néanmoins, de nombreux enfants sont détenus à l’âge adulte.

Les délais de garde à vue ne sont que trop rarement respectés et l’intégrité physique et morale des enfants est violée : les enfants sont souvent victimes de violences physiques, de violences verbales, d’intimidation…

A découvrir également : Comment justifier de sa résidence principale ?

Les enfants nés en prison ou vivant avec leur mère en détention ne sont pas du tout pris en charge : le l’administration pénitentiaire n’a aucun projet pour eux.

Le BICE agit pour la justice réparatrice

Depuis 1987, le BICE, en vie depuis plus de 20 ans, puis en partenariat avec DDE-CI (Dignité et droits des enfants en Côte d’Ivoire) travaille sur la question des enfants en conflit avec la loi.

Le programme Enfants sans barreaux (1er programme : 12/12/2015 ; 2e programme : 2017-2021) assure la bonne application des procédures de justice pour mineurs, notamment :

  • l’acquisition du savoir-faire des acteurs de la justice,
  • améliorer le fonctionnement des tribunaux,
  • améliorer l’accès à la justice pour les mineurs et leurs familles,
  • améliorer les conditions de détention dans les institutions ivoiriennes,
  • l’amélioration du traitement des enfants en conflit avec la loi.

Activités Enfance sans barreaux en Côte d’Ivoire

  • Assistance aux enfants victimes et enfants délinquants dans les commissariats de police (Brigade pour la protection des Mineurs),
  • Soutien alimentaire au MACA (Maison de détention et de correction d’Abidjan),
  • L’assistance juridique et judiciaire aux enfants en conflit avec la loi,
  • Le soutien psycho-émotionnel et la réinsertion scolaire ou professionnelle des mineurs,
  • Renforcer les compétences des acteurs (OPJ, travailleurs sociaux, magistrats),
  • Prévention et sensibilisation des familles et des communautés (parentalité positive),
  • Plaidoyer en faveur d’un environnement juridique qui protège les enfants.

Pour lire, en outre, les actions détaillées menées par le BICE et son partenaire en Côte d’Ivoire dans le cadre du programme Childhood Without Bars 2 : https://bice.org/fr/cote-divoire/

Programme soutenu par :

  • Agence française de développement
  • Organisation internationale de la Francophonie
  • Les missions pour enfants
  • République et canton de Genève
  • Ville de Genève
  • Canton du Valais

Le BICE et son partenaire DDE-CI sont également intervenus en Côte d’Ivoire dans d’autres domaines, y compris la lutte contre la violence à l’égard des enfants.