Qui est derrière le Bitcoin ?

3

Bitcoin est l’œuvre d’une personne ou d’un groupe de personnes qui se cachent derrière le pseudonyme « Satoshi Nakamoto ». Il (ou elle) a pu faire converger différentes technologies combinant cryptographie et registres distribués afin d’offrir un réseau de valeur sans tiers de confiance. Malgré le succès de son invention, l’identité de Satoshi reste inconnue, et il a quitté le projet en 2011. Mais si Satoshi revenait demain, aurait-il l’occasion de contrôler Bitcoin ? Pouvons-nous garantir l’authenticité du protocole ?

Les spéculations sur la véritable identité de Satoshi Nakamoto battent leur plein depuis les premières années de Bitcoin. Les raisons pour lesquelles Satoshi Nakamoto a conservé l’anonymat sont inconnues, même si l’on peut spéculer qu’il souhaitait éviter un harcèlement médiatique important et des poursuites potentielles, Bitcoin ayant été interdit dans plusieurs pays. Satoshi Nakamoto a quitté le projet en 2011, laissant Bitcoin entre les mains de ses utilisateurs et réalisant ainsi la vision d’un réseau de valeur décentralisé et sans tête : l’émergence d’une monnaie véritablement sans tête.

Lire également : Comment overclocker une carte graphique AMD ?

Comment être sûr que Satoshi Nakamoto ne profite pas de son invention ?

Bitcoin est un logiciel en libre accès avec tout le code disponible sur la page github dédiée. L’étude du code du logiciel permet de savoir précisément comment il se comporte. Cela permet de vérifier facilement que Satoshi ne pouvait en aucun cas manipuler le protocole Bitcoin et le faire évoluer selon ses souhaits ou modifier le contenu de tel ou tel portefeuille. S’appuyant sur une technologie prometteuse et perturbatrice, nous pensons que Bitcoin possède de nombreux atouts et nous le proposons à l’achat et à la vente sur notre plateforme en ligne.

Mais qui est responsable du protocole ?

Il y a plusieurs réponses à cette question. Ils sont très bien détaillés par l’ingénieur Jameson Lopp pour les anglophones.

Lire également : Où acheter de la crypto monnaie ?

Dans Bitcoin, tout est pensé et configuré pour éviter la centralisation et des points de défaillance uniques. En particulier, nous avons écrit un article sur la limite de 21 millions de bitcoins, qui est une caractéristique importante du protocole.

Bien que tout le monde puisse contribuer au code sur GitHub/Bitcoin, un certain nombre de mesures de protection sont mises en place pour assurer la sécurité du code et de ses évolutions.

Un nombre limité de personnes, développeurs principaux , ont la possibilité de publier et de signer une nouvelle version du protocole à l’aide de leur clé PGP, l’équivalent d’une clé privée d’un portefeuille Bitcoin. Aujourd’hui, cinq personnes ont vérifié leurs clés. Ce nombre est dynamique et ces personnes sont connues pour avoir participé activement à l’élaboration du protocole depuis de nombreuses années. Ils peuvent choisir d’ajouter/supprimer un membre à tout moment par consensus. Tout autre développeur a la possibilité de proposer des modifications au protocole, et les développeurs principaux sont responsables de les lire et de les accepter ou de les refuser.

Le protocole est donc entre les mains des développeurs ?

Premièrement, il existe plusieurs implémentations du logiciel Bitcoin. Bien que Bitcoin Core soit la principale implémentation sur laquelle la plupart des développeurs travaillent avec plus de 95% des nœuds, il n’est pas nécessaire de l’utiliser. Il suffit que l’application soit compatible avec le protocole et qu’elle soit utilisable sur le réseau, de la même manière que les internautes ont le choix entre Chrome, Firefox ou Edge.

Mais même lorsque vous utilisez un logiciel différent, celui-ci doit respecter le protocole. Cependant, ce sont les développeurs principaux qui le contrôlent également. Peut-on encore parler de décentralisation, puisqu’il suffirait que ces derniers acceptent de la modifier dans la direction qu’ils souhaiteraient ?

Le principe du consensus

Heureusement non : le seul pouvoir des développeurs principaux est de publier et de proposer à la communauté de nouvelles versions du protocole. En fin de compte, les propriétaires des nœuds du réseau sont responsables de décider s’il faut mettre à jour leurs machines vers une nouvelle version ou non. On peut donc dire que la décision de faire évoluer le protocole est prise par consensus par les propriétaires des nœuds de la Blockchain .

Rien n’empêche une nouvelle équipe de développement d’émerger et de proposer une nouvelle version. S’il est accepté par la grande majorité des nœuds, il devient la version officielle.

Cette liberté a notamment été utilisée en 2017 pour la mise en œuvre de SegWit. Les mineurs se sont montrés réticents à adopter SegWit. Une proposition du nom de BIP148 a ensuite été créée afin d’impliquer également les propriétaires de nœuds et de donner leur avis. Étant donné que cette proposition n’a pas été appliquée sur Bitcoin Core, une implémentation du nom de Bitcoin UASF a rapidement gagné en popularité. La pression exercée par Bitcoin UASF a suffi aux mineurs pour intégrer SegWit à travers les processus définis dans Bitcoin Core.

La technologie et le protocole qui font fonctionner Bitcoin lui permettent d’évoluer de manière dynamique, sur le principe de un consensus et non une décision unilatérale. La réponse à la question « Qui contrôle Bitcoin ? » est donc « personne et tout le monde à la fois », à travers un mécanisme non pas basé sur la démocratie, mais sur le consensus. Bienvenue dans le monde du logiciel libre.

freedom a notamment été utilisé en 2017 pour la mise en œuvre de SegWit. Les mineurs se sont montrés réticents à adopter SegWit. Une proposition du nom de BIP148 a ensuite été créée afin d’impliquer également les propriétaires de nœuds et de donner leur avis. Étant donné que cette proposition n’a pas été appliquée sur Bitcoin Core, une implémentation du nom de Bitcoin UASF a rapidement gagné en popularité. La pression exercée par Bitcoin UASF a suffi aux mineurs pour intégrer SegWit à travers les processus définis dans Bitcoin Core.

La technologie et le protocole qui font fonctionner Bitcoin lui permettent d’évoluer de manière dynamique, sur le principe du consensus et non d’une décision unilatérale. La réponse à la question « Qui contrôle Bitcoin ? » c’est donc « personne et tout le monde à la fois », grâce à un mécanisme non pas basé sur la démocratie, mais sur le consensus. Bienvenue dans le monde du logiciel